Japon

Jour 6 – L’ascension du Mont Hiei

18 mai 2019

Le réveil était programmé pour 6h30, nous nous sommes réveillés un peu avant, prêts pour une nouvelle journée à Kyoto !

Nous avions prévu de voir l’ensemble de temples d’Enryakuji. Le trajet s’est déroulé facilement et sans encombre : nous avons pu prendre deux lignes de la compagnie JR pour lesquelles nous avons le JR Pass.

Ensuite arrivés à Sakamoto, nous avons fait un petit quart d’heure de marche en ville pour rejoindre le début du chemin pour grimper le Mont Hiei !

Cette destination était dans notre liste car elle rassemblait randonnée et temples. En effet, en hauteur sur le mont Hiei se trouve l’ensemble de Enryiakuji, composé d’une petite dizaine de temples bouddhistes.

La randonnée a été rude, environ une heure trente de montée avec des marches, des sentiers éboulés, des marches de grosses pierres et une dernière montée en béton pas des plus faciles.

Mais nous l’avons fait ! J’ai grignoté tout au long du chemin car je ne suis pas habituée à autant d’efforts physiques…

Une fois en haut nous nous sommes dirigés vers le « gong » que nous entendions. C’était une superbe cloche, baptisée « cloche de la chance ». En échange d’une petite donation, il était possible de la faire sonner et de la faire entendre sans tout le domaine.

Nous avons ensuite découvert un premier temple de l’ensemble : Dai ko-do. Des moines étaient en train de prier/chanter. C’était une atmosphère très agréable, respirant l’encens. Arnaud m’a rejoint et a repéré l’office des Goshuin à l’intérieur du temple !

Ensuite nous avons descendu des marches pour aller vers un autre autre office de Goshuin, celui-ci était situé devant un grand bâtiment de tôle. En entrant dedans, nous avons découvert que c’était en fait le temple d’Enryaku-ji qui est en cours de rénovation ! Pendant les travaux, l’ensemble du temple (construit en bois du toit au sol) ainsi que sa cour intérieure sont protégés à l’intérieur d’une structure plus grande faite de tôles et d’échafaudages.

Nous avons ensuite chercher à déjeuner. Ce fut une aventure pleine de rebondissements ! Le seul restaurant présent servait des soba avec le fameux bouillon de poissons… La commande se faisait via une machine donc difficile de négocier/expliquer. Finalement avec une photo et l’aide de Google traduction nous avons repéré du riz et de l’oeuf mais manque de chance : la machine refuse nos billets par manque de change. On ressort en direction d’une petite boutique faire de la monnaie… et retour au resto.

Nous avons finalement passé notre commande et apprécié un repas bien mérité (et un plat de soba froide pour Arnaud?!). Ce vrai repas nous a fait du bien après l’effort physique de la montée.

Nous avons ensuite vu le temple Monju-ro qui avait un petit office de Goshuin, nous avons eu de la chance d’y voir le moine car nous sommes passés deux fois devant l’office vide.

Cela fait plusieurs fois que je mentionne le Goshuin : pas d’erreur, Enryakuji en compte 8 différents ! Et heureusement que nous sommes collectionneurs, en en recherchant d’autres, nous avons découvert deux autres temples de To-do et Kanjo-do. Et la surprise de voir un panneau « Top of the mountain -> » !

Un autre panneau nous indiqua la durée : 30 minutes. Après l’effort du matin, 30 minutes de plus ne nous faisait plus peur, nous sommes donc allés gravir le mont Hiei jusqu’à son sommet.

Cette dernière portion fut presque plus facile ! Le son de la cloche de la chance rythmait nos pas, encore une ambiance particulière.

Nous sommes ensuite redescendus tranquillement, il était déjà 15h30 quand nous avons commencé le retour.

Une petite heure de descente, nous sommes retournés à la gare mais sur le chemin nous avons croisé une boutique de mangas ! Arrêt pour jeter un oeil et Arnaud a même trouvé son bonheur !

Nous sommes retournés au restaurant Itadakizen pour tester d’autres plats ! Nous avons été toujours aussi bien reçus et le repas était parfait.

Vous aimerez peut-être...

Aucun commentaire

Laisser un commentaire