Japon

Jour 4 – Arashiyama

16 mai 2019

Le quartier d’Arashiyama est connu pour sa forêt de bambous, qui dit connu, dit touristes, qui dit touristes, dit foule… Donc pour profiter au mieux, on a décidé d’y aller tôt !

Bon, on ne s’est pas levé avec le soleil car ici il se lève vers 4h50, donc on a fait en sorte d’arriver à Arashiyama à 8h30. Évidemment il y avait un peu de monde, mais ça allait. On a pu découvrir la forêt de bambous qui est impressionnante. Les bambous dominent tout. Elle n’est pas très grande, mais elle vaut le coup d’oeil !

Nous avons continué avec le temple Tenryu-ji situé juste à côté dans une zone un peu vallonnée. Son jardin est très agréable à parcourir et vraiment beau. Nous n’avons pas visité l’intérieur des bâtiments (cela avait un coût supplémentaire) mais quasiment toutes les salles étant ouvertes nous avons eu un petit aperçu.

J’ai pu récupérer un nouveau Goshuin, mais celui-ci n’était pas calligraphié mais simplement tamponné… une sacrée aventure ces Goshuin !

N’ayant pas pris de petit-déjeuner, nous sommes partis en quête d’un lieu où prendre un petit-déjeuner et une boisson. On s’est installé dans un café qui avait le mérite d’être ouvert avant 10h00, contrairement à tous ceux qu’on avait croisé avant.

Le ventre bien rempli de pancakes (plat typiquement pas japonais), nous avons repris la marche vers le sud d’Arashiyama. Avant le voyage, Arnaud a fait les démarches pour visiter le temple de Kokedera nous avions donc rendez-vous à 13h15 là bas. Pour l’anecdote la visite de ce « temple des mousses », fermé au public depuis les années 1970, nécessite une réservation écrite envoyée par la poste avec coupon de retour.

Comme il était environ 11h00, nous avons marché en direction de Kokedera, tout en nous arrêtant aux quelques temples que nous avons croisés.

Nous avons commencé par traverser le pont de la rivière Katsura. Puis nous avons marché à travers le parc d’Arashiyama pour rejoindre la gare qui nous rapprocherait de notre destination.

Un arrêt plus tard nous étions à la station Matsunoo Taisha. Nous avons découvert le sanctuaire du même nom. Celui-ci était le premier que nous avons vu qui était aussi peu touristique. Une cérémonie devait avoir lieu car nous avons entendu des tambours et aperçu une danseuse. Il y avait aussi un nourrisson habillé de blanc, peut-être pour un baptême.

Nous avons continué la route pour nous arrêter aux quelques sanctuaires croisés en chemin. Nous ne les avons pas tous visité.

Arrivés à Kokedera un peu en avance, nous avons présenté notre réservation et pu entrer. Arnaud m’avait prévenu qu’il y avait une cérémonie avant de pouvoir visiter le jardin du sanctuaire. Nous avons découvert sur place en quoi consistait cette cérémonie « Shakyo ». Il s’agit de recopier des sutras (texte bouddhiste en japonais qu’on peut assimiler à une sorte de prière).

Installés dans le temple, nous avons pris les plumes et l’encre de chine à disposition et recopié nos sutras. Heureusement le papier était pré-imprimé, donc juste à se concentrer et recopier les traits des kanjis. Nous étions plus d’une cinquantaine pour la visite.

Les photographies étaient interdites pendant l’activité, dommage car nous ne saurons pas ce que nous avons écrit… L’interdiction était facile à braver comme l’on montré certains confrères européens mais on a préféré observer la tradition et essayer de tout garder en mémoire. Après tout, le côté « secret » fait aussi partie de l’expérience.

Après le dépôt de nos sutras contenant aussi un vœu, nous avons pu accéder au jardin de Kokedera. Ce dernier est parfaitement entretenu et très bien aménagé il y a des arbres et les mousses recouvrent quasiment tout le sol ! Nous avons été conquis ! La promenade était reposante et superbe. Comme nous avons fini de recopier nos sutras plus tard que les autres personnes, il y avait vraiment peu de monde dans le jardin.

Nous sommes sortis de cette visite vraiment heureux, car l’expérience des sutras était très sympa et le jardin vraiment exceptionnel !

Nous avions repéré le « temple des bambous » assez proche de Kokedera, nous sommes allés y faire un tour. L’entrée était payante, nous y avons découvert une belle salle de méditation qui donnait sur un joli jardin, mais la visite ne valait pas les 500 yens par personne…

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la gare pour faire le chemin inverse et rentrer.

Nous avons dîné dans un restaurant de yakitori, brochettes de poulet, situé près de notre logement. J’ai goûté différentes préparations et pris mon premier saké ! C’était très bon !

Kanjis du jour : 御朱印, lectures sino-japonaises GO SHU IN, le go- correspond à un préfixe honorifique, shu pour vermillon (la couleur) et in pour sceau. Là encore le fait de les connaître permet de repérer rapidement où se trouve le bureau qui y est dédié.

Vous aimerez peut-être...

1 commentaire

  • Reply veschambre Juliette 16 mai 2019 at 20:17

    Wahou, le jardin de Kokedera me rappelle les jardins que l’on traverse dans certains films de Miyazaki.
    De quoi rêver et rêver encore.
    Merci pour vos photos (très réussies).
    Bonsoir,

    Juliette

  • Laisser un commentaire